Soyez bienveillant avec vous-même pour être bienveillant avec vos enfants

Etre bienveillant avec soi-même pour l’être avec ses enfants, voici ce que j’ai appris il y a peu…

Aujourd’hui, j’avais envie de témoigner et de vous partager quelque chose de plus intime et de plus personnel.

Je viens de participer au Séminaire de Noémie de Saint-Sernin, et portée encore par l’amour et les ondes positives que j’ai reçu, j’avais envie de vous transmettre un peu ce que j’ai vécu durant ces deux jours.

Pour comprendre, il faut que je vous raconte un peu mon cheminement et le pourquoi du comment….

Au mois de mai dernier, j’ai traversé un moment difficile : j’ai vécu un deuxième Burn Out en moins de 4 ans. En arrêt maladie, deux opportunités se sont présentées à moi et j’ai su les saisir. J’aime dire que j’ai su « voir les signes« .

 

La première opportunité :

Inscrite à la newsletter du blog des Supers Parents, j’ai été avertie d’un webinair : Camille et Olivier organisaient une conférence en ligne avec Noémie de Saint- Sernin sur « 5 clés pour instaurer la bienveillance dans votre vie ». J’ai découvert à cette occasion Noémie et son programme Les Clefs de la Colère, auquel j’ai souscrit car ça a tout de suite raisonné en moi. Je me suis dis que je devais comprendre ma propre colère et mes propres réactions pour pouvoir être bienveillante avec mes enfants et mon conjoint. En effet, malgré mes lectures et les outils de parentalité positive que j’avais découvert depuis plusieurs mois, je me laissais souvent submergée par des émotions de colère que je reportais trop souvent sur ma famille, sans pour autant les contrôler.

La deuxième opportunité :

3 jours plus tard, je regardais des vidéos sur Youtube et je tombe sur une vidéo d’Olivier (Les Supers Parents) interviewé par Olivier Roland (Blogueur Pro)… et découvre éberluée que l’on peut vivre financièrement de son blog ! De fils en aiguilles, j’investis dans la formation Blogueur Pro et c’est pourquoi vous êtes en train de me lire en ce moment…. enfin presque, car il a fallu passer par une grande étape pour moi : Oser demander une rupture conventionnelle !

Et c’est là que se fait le lien entre Noémie de Saint-Sernin et Olivier Roland.

Sortie de mon rendez-vous avec la psychologue du travail (souvenez vous : le Burn Out), au plus mal, j’hésite à contacter mon directeur pour le tenir au courant de mon état et de mes nouveaux projets.

J’ai peur de me voir refuser ce que je souhaite car je suis persuadée qu’il va refuser. Après avoir hésité un quart d’heure, tourné dans le quartier, j’entends une voix (celle de Noémie) qui me dit : « Tu as les ressources en toi, il n’y a que toi qui peut décider, il n’y a pas de hasard, tu es responsable de ce qu’il t’arrive ».

Je prends alors mon courage à deux mains et mon téléphone ;-)…. et j’OSE provoquer le rendez-vous qui se conclura par une rupture conventionnelle offerte sur un plateau (en écrivant ça j’ai encore le palpitant). Finalement, ce fut pour moi, un exemple concret, illustrant que :

L’idée de la peur est pire que la peur elle-même.

Et vous ne pouvez pas savoir combien j’ai été libérée à ce moment là et surtout fière de moi ! Je crois qu’au jour d’aujourd’hui c’est ma plus belle victoire…. et cette victoire je l’attribue bien sûr à moi-même mais aussi à Noémie de Saint-Sernin. Merci Noémie – GRATITUDE-

A la fin de ce beau séminaire, Noémie nous a dit de « diffuser » les messages positifs. J’ai donc eu envie de vous partager quelques clés, qui je pense,  peuvent vous aider comme ça m’a aidé.

Première leçon :

Tout ce qui est statique meurt, le bonheur passe donc par l’action !

C’est ce qui m’a plus dans le programme de Noémie par rapport à ma thérapie jusqu’ici engagée : elle donne des exercices concrets à réaliser : on passe à l’action.

Albert Einstein disait :

« La folie est de faire toujours la même chose et s’attendre à un résultat différent »

J’ai donc choisis de prendre conscience et de travailler sur moi de façon concrète car :

« 1 gramme de pratique vaut mieux qu’une tonne de théorie »,

concluait Noémie de Saint-Sernin à la fin du séminaire.

img_8979

Deuxième leçon :

« Incarnez le changement que vous voulez voir dans le monde.  » Gandhi

sois-le-changement-que-tu-souhaites-voir-dans-le-monde

Troisième leçon :

Nous sommes à 100% responsable de ce que nous devenons.

Je cesse d’être une victime et je prends la responsabilité de :

  1. Mon passé : Mon passé est mon passé, je ne me réfugie pas derrière le prétexte d’une enfance malheureuse. Sinon j’agis en victime, je subis.
  2. Mes choix : J’ai toujours le choix. Même quand je pense que je n’ai pas le choix, j’ai le choix. C’est juste qu’il ne me plait pas..
  3. Mes émotions : Nos émotions sont le GPS de nos besoins non comblés. Il est donc important de les écouter et de les comprendre, de les reconnaître. Ce n’est pas à cause de la pluie, de mes enfants, de mon conjoint ou de mon patron etc. que je suis dans l’état dans lequel je me trouve (colère, tristesse etc.), mais c’est que j’ai un besoin non comblé. Mais lequel ? Posez-vous la question avant de reporter la faute sur l’autre ;-). Les autres ne sont pas responsables de mes émotions, je fais le choix que ça ne m’affecte pas.
  4. Mes besoins : Peut-on demander à quelqu’un de boire, manger ou dormir à ma place (besoins physiques) ? Je suis donc également responsable de mes besoins sociaux, relationnels, j’en prends conscience.

Mais alors, comment être bienveillant avec soi-même et l’être avec ses proches ?

Pour Noémie, « je suis le meilleur parent qu’il soit pour mon enfant. J’ai choisi mes parents en venant au monde ».

Je pense donc qu’une grande part de culpabilité que de nombreux parents éprouvent (et surtout les mamans), peut diminuer en ce disant cela : « je suis la meilleure personne pour aider et accompagner mon enfant car je suis son parent et qu’il m’a choisi sur terre« .

Ne vous-êtes t’il pas arrivé de vous énerver contre votre enfant et de vous en vouloir par la suite ?

Tout le temps ? Oui, moi aussi.

Dites vous que vous avez réagi de la meilleure façon que vous pouviez, avec ce que vous êtes et ce que vous ont transmis vos parents.

Donc, acceptez ce qui est, c’est l’une des clefs du bonheur.

Vous avez agi avec ce que vous étiez à ce moment là, ce que vous connaissiez. Si vos parents vous ont élevé en criant, en vous menaçant, en étouffant vos émotions, que pouviez vous faire d’autre que de réagir comme vous l’avez fait ?

Mais maintenant que vous êtes conscient de votre schéma familial. Ne vous réfugiez pas derrière cela. Vous êtes responsables de votre avenir et celle de vos enfants.

Donc, si jamais vous vous emportez avec votre enfant, surtout revenez vers lui.

 Dire à ses enfants   : « je ne suis pas parfaite, j’ai pu te blesser sans le vouloir, je m’en excuse », c’est important dans la reconnaissance de sa souffrance. Et on commence à réparer en reconnaissant les ressentis de l’autre.

Aujourd’hui j’ai conscience que la culpabilité fait partie du passé.  Je commence donc par devenir gentil avec moi-même et j’apprends à me pardonner. 

Le pardon est toujours un acte d’amour pour soi-même.

Cesser de juger, c’est cesser de se juger.

C’est parce que je suis bienveillant avec moi-même que je serai bien avec les autres.

 Voilà un beau programme… pas simple mais qui vaut le coup, non ?

Par ailleurs, lors de ce séminaire, Noémie de Saint-Sernin a évoqué la question du bonheur.

Avant de refermer cette page, je vous livre donc ses 3 clés du bonheur que je développerai surement dans un prochain article.

Pour trouver le bonheur, j’arrête de :

  1. Vouloir tout contrôler
  2. Le Perfectionnisme
  3. Le chercher à l’extérieur.

Et comme je suis perfectionniste 😉 , je ne peux m’empêcher de rajouter un petit exercice à faire !

Bannissez les phrases commençant par « il faut », « je dois », « je suis obligé de » et remplacez les par « je pourrai » ou bien « je choisis de ».

Lorsque je me demande ce que je « pourrai faire », je me mets en mode solution plutôt qu’en mode soumission.

ex : il faut que je fasse le ménage = je pourrai faire le ménage. Vous ne trouvez pas que ça prend une autre tournure ?

Bon, comme j’apprends aussi le « lâcher-prise« , je vais m’arrêter là pour aujourd’hui.

J’espère que cet article vous apportera des pistes de réflexions.

J’en profite pour remercier encore une fois Noémie de Saint-Sernin de sa bienveillance et de sa sagesse.

Comme d’habitude, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires ci-dessous.

Sincèrement,

Violaine

14 thoughts on “Soyez bienveillant avec vous-même pour être bienveillant avec vos enfants

  1. Intéressant ton article…Ca me parle d’autant plus que j’ai cette facheuse tendance à laisser la colère m’envahir parfois, et que fatalement, ça rejaillit sur mon couple, ma relation avec enfants, et ma famille en général. Alors bien sûr, je culpabilise…Je regrette souvent (toujours?) ces moments de débordements que je n’arrive pas à gérer. Le pire? Quand je vois les autres gérer des situations qui me mettraient en difficulté, et ce avec une facilité déconcertante…Et là, quand tes amis commencent à te faire déprimer à cause de l’image de toi que ça te renvoie, c’est violent…Bref…Je prends bonne note de l’importance de se pardonner, j’approuve l’idée! Au plaisir de te relire, Flo

    1. Merci Florence de partager ton « intimité », ce n’est pas toujours facile d’exprimer ses failles et ses blessures, c’est pourquoi je te remercie. Rassure toi, quand tu dis « les autres qui gèrent »… c’est ce qu’on croit ! Ce que je pense, c’et que tout parent sur cette terre est en difficulté à un moment ou l’autre avec ses enfants. Il le montre… ou pas ;-). A bientôt sur « pourdesrepasquichangent.fr » 😉

  2. Ouaaah, mais quel super article inspirant… En venant ici, je m’attendais à trouver des idées de jeux en famille ( et super pop up original au passage) mais pas un article de cet acabit. Du coup, je mets ton blog dans mes favoris. J aime beaucoup  » l idée de la peur fait plus peur que la peur elle même » . C’est vrai qu au final ce n est pas la réalité qui fait peur mais les histoires qu’on se raconte autour de ça sur un futur fantasmé qui n’a de réalité que dans notre tête.
    Et sympa aussi tes 3 clés du bonheur. Je ne connaissais pas mais j’achète.

    1. Merci Stéphanie ! ça fait plaisir. Et oui, 365-jeux-en-famille.com ce n’est pas que des jeux, c’est aussi un cheminement vers l’éducation bienveillante et positive :-). A bientôt pour parler de la GRATITUDE 😉

  3. Bonjour Violaine,
    Je viens de faire un petit tour sur ton blog et moi aussi je vais le mettre dans feedly pour ne rater aucun articles! J’adore ton approche de la parentalité positive qui complète à merveille ce que je suis déjà en train de mettre en place! Je crois que quand on met un pied sur le développement personnel et que l’on a des enfants, la parentalité positive est incontournable! =) Mais ne pas s’oublier est partie intégrante d’une vraie parentalité consciente et respectueuse!
    Je te dis à très bientôt de te lire.
    Virginie

    1. Bonjour Virginie, Merci pour ce retour ! (j’ai trouvé le commentaire dans les indésirables 🙁 … !). Au plaisir de se retrouver ici ou ailleurs ;-). A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *