10 outils pour mieux gérer les émotions des enfants

Comme je vous le disais dans un précédent article, je commence un cycle d’ateliers Faber et Mazlish.

Ainsi, grâce à des mises en situation et à des exercices provenant de la méthode élaborée par Adele Faber et Elaine Mazlish, qui ont fait leurs preuves aux Etats-Unis et dans le monde entier depuis les années 70, je vais vous partager pas à pas mon cheminement vers une éducation plus positive 😉

Le premier atelier était consacré à « aider nos enfants aux prises avec des sentiments pénibles ».

Dont l’approche prônée par Faber et Mazlish est :

  1. Ecouter en silence et avec attention
  2. Accueillir leur sentiment à l’aide d’un mot « oh ! Hum ! Je vois »
  3. Nommer le sentiment : « ça à l’air frustrant ! »
  4. Utilisez l’imaginaire pour leur offrir ce qu’ils souhaitent : « j’aimerai pouvoir faire mûrir la banane pour toi tout de suite ! »

Si malgré vos nouvelles habiletés, vous vous dirigez vers une grosse crise, je vous propose ici 10 outils qui devraient vous aider à mieux gérer les grosses émotions.

Mais d’abord, c’est quoi une émotion ?

Je vous invite à regarder cette vidéo de Nadine Gaudin qui explique bien le cerveau, selon l’excellent livre du Dr Daniel Siegel et Tina Paine- Bryson, Le cerveau de votre enfant. Un livre pratico pratique qui nous explique le cerveau de notre enfant à la lumières des découvertes de la neurosciences (à lire sans tarder ;-)).

 

 

Maintenant, voici 10 outils qui devraient vous aider à mieux gérer les grosses émotions.

Ma trousse de premier secours pour aider nos enfants à gérer leurs émotions :

1 ) Ce petit film très bien fait qui explique le cerveau dans la main aux enfants :

2) Reconnaître ses émotions grâce aux images :

Pas toujours simple de décrire ses émotions, encore moins quand on est un enfant et qu’on n’ a pas le vocabulaire. Pour cela je vous propose plusieurs outils qui permettent d’imager les émotions. L’enfant pourra alors vous montrer comment il se sent.

Des émo-îcônes :

les émotions, comprendre les émotions des enfants

Attention, ces cartes ne sont pas libres de droits. Si vous souhaitez les télécharger, allez sur le site : bougribouillon.fr

 

Un masque à émotions :

Vous pouvez fabriquer un masque à émotions avec une assiette en carton, comme sur la photo. Pour vous aider, le tutoriel se trouve ici :

 

3)  La roue de la colère :

Cet outil permet au parent comme à l’enfant de se souvenir de plusieurs propositions pour calmer la colère lorsqu’elle elle est là.

A télécharger et afficher dans un endroit visible

A télécharger ici : 

4) Le thermomètre des émotions

Le thermomètre des émotions ou encore appelé l’échelle de la colère. Ce petit outil permet de jauger le degré de colère de chacun. Vous pouvez l’utiliser vous aussi pour montrer à votre enfant où en est votre patience…

A télécharger ici :

5) La bouteille de la colère

Cliquez ici pour télécharger le tutoriel photo de la bouteille anti stress. A secouer en cas de colère !

6) Les bons colère

Téléchargez et imprimer les bons colère (prévoyez un petit stock). Lorsque votre enfant sera en colère, proposez lui de prendre un bon (ou plusieurs ), de le froisser et de le lancer très loin dans un coin. Vous verrez ça défoule !!!

7) Le temps de pause

Le temps de pause est un outil préconisé par Jane Nelson dans son livre La Discipline Positive. Attention, le Temps de pause n’est pas une punition : « va dans ta chambre pour te calmer ! Ou « Va dans ta chambre, tu reviendras quand tu auras réfléchi ! » . On utilisera le temps de pause de façon positive.

« Inutile de vouloir chercher des solutions dans le feu du conflit. Lorsqu’on est énervé, en colère, nous sommes dans un espace réactionnel (cerveau reptilien) qui ne nous permet pas d’accéder aux capacités rationnelles du cortex préfontral (gestions des émotions, résolution de problèmes, parmi bien d’autres fonctions). Voilà pourquoi il y a un moment propice à la recherche de solutions, et l’outil qui s’impose ici s’appelle le temps de pause, celui-là même qui nous ouvre les portes de l’espace relationnel. » page 196 […] L’objectif est qu’ils se sentent mieux afin de pouvoir accéder à leur capacité de raisonnement. Toujours cette idée forte qu’un enfant agit mieux lorsqu’il se sent mieux ».

 Voilà 4 conseils pour mettre en place des temps de pause utiles :

  1. Expliquer à l’enfant l’utilisation du temps de pause : « c’est un espace de déconnexion (cette transition entre l’espace réactionnel et l’espace relationnel) »
  2. Laisser les enfants créer leur propre espace « temps de pause »- avec unique consigne de s’y sentir bien (puisque l’objectif sera de l’utiliser pour se sentir mieux avant d’agir mieux).
  3. Etablir à l’avance un plan avec les enfants .
  4. Enseignons aux enfants que quand ils se sentiront mieux, ils pourront chercher une solution ou utiliser les 3″R » de la réparation (Reconnaître, Réconcilier,Résoudre). Pages 198-202

8) Le mobile à souffler

Avez-vous remarqué que lorsqu’on est énervé ou en colère, notre respiration  est rapide, courte et thoracique ? En situation de tension et d’énervement, il est donc important de prendre le contrôle de notre respiration. Le calme commence par un souffle lent et profond. Mais ce n’est pas simple avec des enfants.

Alors pour aider les enfants à prendre conscience de leur respiration profonde, je vous propose de le faire souffler sur un mobile. Au début, guidez votre enfant pour qu’il découvre la respiration ventrale (gonfle ton ventre comme un ballon, par exemple), souffle très longtemps par la bouche…)

Cela peut être un moulin à vent ou encore un mobile à plumes. Vous pouvez les fabriquer, internet regorge d’idées ;-).

 

crédit photo : pageblanche11.canalblog.com
http://www.momes.net/Bricolages/Origami-et-bricolages-en-papier/Jeux/Fabriquer-un-moulin-a-vent-en-papier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

9) Le coussin de la colère.

Déterminez en amont un coussin de la colère avec votre enfant. Lorsqu’il sentira monter sa colère, il pourra aller se défouler dessus. Vous pourrez également lui proposer si vous voyez qu’il n’a pas le réflexe seul : « tu ne voudrais pas aller te défouler sur ton coussin de la colère ? »

 

10) Le cahier de la colère

Comme le coussin de la colère, le cahier de la colère va permettre à l’enfant de se défouler sans passer par la violence physique. Proposez lui de dessiner sa colère ou bien de tapoter ton cahier. Ce cahier lui appartient, il fait ce qu’il veut, c’est un espace d’expression libre.

Et vous ? Comment gérez-vous les émotions, les crises de colère avec les enfants ? Partagez-nous vos trucs et astuces dans les commentaires ci-dessous. J’adore vous lire !

Si cet article vous a aidé, dites-le et partagez-le à vos amis et vos collègues 😉

 

*crédit photo couverture : Pezibear

Recherches utilisées pour trouver cet articlede-colère,quoffrir a un enfant pour se defouler physiquement

10 thoughts on “10 outils pour mieux gérer les émotions des enfants

  1. Excellent, j’adore cette idée d’utiliser des outils comme ça. Je vais rapidement tester quelques trucs avec le mienne qui joue à être en colère en ce moment. Elle part en faisant mine de bouder et en disant « je suis en colère » puis elle revient, morte de rire. L’occasion de mettre en place ces outils pour les vrais moments de colère. En plus certains peuvent être super en déco, ça fait double emploi 🙂

    1. Haaha ! ta petite est déjà malicieuse 😉 j’adore ! Mais ça risque de ne pas durer 😉 Après, c’est plus vraiment drôle, alors on s’équipe d’outils! En attendant, profite ! A bientôt Jennifer.

  2. Bonjour,
    Merci pour le document. Dans le cadre de mon travail j’ai un peu du mal à voir comment l’adapter. Le temps de pause me semble intéressant aussi les 3R. Je suis animatrice périsco, j’ai dans mon groupe un garçon de 7 ans très colérique qui a du mal à gérer ses relations avec les autres, le bruit par exemple. Il s’exprime souvent en hurlant et se montre violent à l’occasion. Un jeu peut vite dégénéré.. Il supporte également mal les frustrations, comme le fait de devoir attendre si je suis déjà occupée ou le fait de respecter qu’il y a des lieux où s’exprimer en hurlant est interdit.

    1. Bonjour Fa,
      et merci de ce commentaire ! Je comprends parfaitement ce que tu peux vivre. Moi aussi animatrice, j’ai connu beaucoup d’enfants de 7 ans colérique, tel que tu le décris… pas toujours simple en effet de gérer lorsqu’on en a 11 autres (voir plus) à gérer. A ta description, je me dis que ce garçon pourrait être hypersensible… mais quoi qu’il en soit, il est difficile pour des animateurs de gérer des comportements qui nous dépassent car nous sommes très mais outillés ! Cependant en tant que co-éducateur, dans un premier temps, je dois m’assurer que les partenaires sont bien au courant des difficultés de ce garçon (parents, école, etc) ? Tu ne pourras pas, toute seule ou avec ton équipe, régler ce problème du jour au lendemain. Personnellement, je prendrai l’exemple de ce garçon comme le point de départ d’un nouveau projet d’animation autour des émotions… A travailler avec eux : l’expression de leurs émotions, instaurer un temps de pause et créer un temps ou un lieu où ils peuvent décharger (un cahier ou un coussin de la colère par exemple) un temps d’échange, apprendre la CNV (communication non violente par exemple)… Je l’ai conseillé à mes collègues animateurs à l’époque : la discipline positive de Jane Nelson est vraiment un super bouquin, plein d’outils.. des pistes à explorer !
      En tous cas Fa, merci de ce commentaire, ça montre déjà que tu es une animatrice impliquée et engagée dans ton boulot, ça fait plaisir à lire. Bravo. Je sais qu’aujourd’hui je ne t’apporte pas forcément d’outils clés en main, mais des des pistes de réflexion peut-être. Toutes mes félicitations et je te souhaite tout mon courage, car je sais combien ça peut être difficile parfois. A bientôt. Violaine

    2. Après discussion avec mon élève, il a aimé l’idée de faire un journal de ses émotions. J’ai commencé à lui en faire un. A voir si ça fait avancer les choses. Les autres en réclament un aussi du coup… Je suis sur la piste d’un projet sur les émotions du coup ;)..
      Je lui ai expliqué qu’on peut être en colère mais de façon passagère, que ce n’est pas sain d’être toujours ou presque en colère. Du coup le journal c’est pour voir aussi quand il se sent bien, si il y a des moments où il est heureux. D’un autre côté c’est aussi pour entrer dans le langage et pas être seulement dans l’émotion…
      Ma chef a vu le papa et le garçon, et il semblerait que le mode « colère » soit le mode de communication de la famille… Du coup elle a parlé de la nécessité de gérer cette colère, de pouvoir se mettre à l’écart pour se calmer. Elle me suis sur l’idée de ce petit journal.
      Sinon je cherche le livre de Jane Nelson.. merci beaucoup pour tes conseils.

      1. Bravo et Merci Fa,
        Ravie de voir que la situation évolue dans le bon sens ;-). Continue et tiens moi au courant :-).
        Si tu n’as pas trouvé le livre de Jane Nelson, tu peux le commander sur Amazon en passant par ce lien :http://amzn.to/2jDdovT (c’est un lien affilié, grâce auquel je reçois quelques centimes de commissions. Pas grand chose, mais ça permet de soutenir mon projet de blog ;-))…
        Bonne continuation. A bientôt pour tes nouvelles.

  3. Excellent article, une mine de ressources (que nous allons tester sans tarder!). Merci Violaine!
    Pour ma part, j’use depuis la naissance de ma fille d’une 11e ressource (en complément de certaines ressources que tu cites) en cas de surplus d’émotion type colère: aller dehors! Elle commence d’ailleurs à le faire d’elle-même (nous avons la chance d’avoir un jardin) et revient au bout d’un moment avec un grand sourire: « Je me suis calmée maman! »
    Bravo pour ton très beau site, je te souhaite tout le meilleur pour la suite! 🙂

    1. Merci Emilie ! Oui « aller dehors » est l’une des ressources de la roue de la colère 😉 C’est chouette que cela aide ta fille, pour ma part c’est pas ce qui marche le mieux ;-). En tous cas, merci beaucoup Emilie pour ce commentaire, ça fait plaisir ! A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *